Emma maison (2)

Maintenant que nous avons situé notre maison, recherchons ses habitants dans les documents des archives départementales. En ligne, nous disposons des recensements, suivant les départements nous avons accès à un ou plusieurs recensement, quelquefois aucun!
Les recensements nominatifs sont établis en deux exemplaires, un pour la commune, l’autre pour les archives, et cela jusqu’en 1945. Certaines communes ont conservé leurs exemplaires et si elles disposent d’un site, ils peuvent être numérisés et disponible en ligne (Angers, Nantes, Rennes…).
Suivant l’année du recensement (tous les 5 ans sauf exception), les informations d’ordre individuels sont variables, on découvre la nationalité, le lieu de naissance, la date de naissance ou l’âge, le métier, la situation dans le ménage (chef, fils, pensionnaire…) et rarement la religion, des indications sur la santé, l’infirmité ou l’indigence.

AD de la Mayenne : « Listes de recensement » puis saisir la commune et choisir l’année (de 1836 à 1936) ou « Base nominative des recensements » si vous connaissez le nom de l’habitant, attention toutes les communes ne sont pas saisies dans cette base

AD de la Sarthe : sélectionner la commune dans le filtre à droite de l’écran. Choisir l’année

AD du Maine et Loire : La collection départementale des recensements de la population n’a malheureusement pas été conservée aux Archives départementales de Maine-et-Loire avant l’année 1936. Il n’est donc pas possible d’en proposer la consultation en ligne. La ville d’Angers présente ses archives en ligne Archives municipales d’Angers

AD de la Vendée : Sélectionner la commune, cliquer sur ok, sélectionner l’année, le résultat apparait en bas de page, cliquer sur image

AD de l’Orne : Sélectionner la commune, cliquer sur l’image du registre de l’année que vous souhaitez

AD de la Loire atlantique : sélectionner la commune puis l’année, valider et cliquer sur le résultat. L’indexation collaborative vous permet de faire votre recherche en saisissant directement le nom de rue ou de lieu-dit, mais tous les recensements ne sont pas indexés.

AD de l’Indre et Loire : sélectionner la commune puis l’année

AD de Seine Maritime : sélectionner la commune puis l’année (1836 à 1936) et cliquer sur rechercher

AD du Nord : Seul le recensement de 1906 est accessible en ligne. Sélectionner la commune et cliquer sur rechercher

Cherchez la liste des rues et des lieux dits au début ou à la fin du registre pour vous guider. Dans les grandes villes, les rues peuvent être classées par ordre alphabétique. Hélas, les hameaux sont rarement détaillés et les maisons rarement numérotées, cette source n’est pas toujours suffisante pour trouver les habitants de son lieu de vie, mais on s’approche de la vie de son quartier. L’acte de propriété peut aider si les propriétaires y résident.

Exemple d’une maison en Sarthe au 13, rue de la Bataille au Mans. Les recensements des années 1911 à 1936 nous apprennent que la même famille a résidé dans cette maison durant plus de 25 ans : Baptiste Lainard (né à Evron en Mayenne), sa femme Marie Gandon (née à St Jean de Mayenne). La belle-mère de Baptiste Lainard habite avec le couple jusqu’en 1931, elle se prénomme Louise ou Lucie. En 1936, Marie a 61 ans, elle est journalière et partage le logement avec Emile Person, teinturier, âgé de 25 ans, sa mère est certainement décédée et peut-être aussi son mari, il est possible de vérifier en consultant les mentions marginales sur leurs actes de naissance.undefined

undefined

Emma Maison (1)

undefinedEn cette période de confinement je vous propose d’apprendre à mieux connaître celle qui nous abrite et nous protège, au travers des documents accessibles sur les sites des Archives Départementales.

Commençons par situer notre lieu de vie sur le plan cadastral napoléonien. Quel que soit notre type d’habitation et son âge, le cadastre peut nous apprendre par exemple l’origine du nom de notre rue, lotissement ou cité.
Les sites des archives départementaux ne sont pas uniformisés, il faut donc les « apprivoiser », voici quelques liens de sites et où trouver le cadastre napoléonien:

AD de la Mayenne : saisir la commune

AD de la Sarthe : sélectionner la commune dans le filtre à droite de l’écran.

AD du Maine et Loire : sélectionner la commune

AD de la Vendée : sélectionner la liste de commune, puis cliquer sur

AD de l’Orne : sélectionner la commune

AD de la Loire atlantique : sélectionner la commune, sélectionner le document « Plan du cadastre ancien » et valider

AD de l’Indre et Loire : sélectionner la commune, sélectionner le document « Catégorie », sélectionner le document « Cadastre napoléonien »

AD de Seine Maritime : sélectionner la commune, cliquer sur « chercher »

AD du Nord : sélectionner la commune, sélectionner l’année

Repérons sur le « tableau d’assemblage » la section cadastrale et la feuille où se situe notre maison puis son emplacement sur le plan de la section cadastrale concernée. En Mayenne, voici ma maison « Le Vieux Viviers » en 1837 sur le cadastre napoléonien d’Evron :

En consultant le site geoportail voici la même vue 200 ans plus tard :

undefined

A très bientôt pour une autre recherche et si vous n’avez pas abouti à cette première , n’hésitez pas à me contacter : contact/

Généreux Noël

Au hasard de mes recherches, j’ai rencontré Généreux Noël, un prénom peu courant et tellement bien accordé à son patronyme. C’était un après-midi pluvieux du mois de décembre, et j’ai cherché à suivre le fil de sa vie à partir des archives et autres documents disponibles sur internet. Je vous souhaite une bonne lecture et un joyeux et généreux Noël 2019

Généreux Antoine Noël est né le 21 juillet 1881 à Angerville-Bailleul en Seine-Inférieure, aujourd’hui Seine -Maritime. C’est le fils d’un berger : Edmond Isidore Noël et d’une tisserande : Adeline Marie Martin.
A 19 ans, Généreux est domestique de ferme et réside au hameau d’Antiville à Grainville-Ymauville, à quelques kilomètres de son lieu de naissance comme nous l’indique le recensement de 1901. AD 76-6M0452 vue 11undefined
A 20 ans, c’est un jeune homme d’1,67 mètre, il a les cheveux châtain clair et les yeux bleus. Il est affecté aux services auxiliaires de l’armée car il souffre d’atrite (sic) chronique au genou gauche.

Son inscription sur les listes électorales permet de situer Généreux en 1903 à Grainville-Ymauville . Ensuite il commence une carrière de cheminot aux Chemins de Fer de l’État qui le fait changer régulièrement de domicile. Entre 1905 et 1906, il est homme d’équipe à Voutré en Mayenne et prend pension chez Mme Cahoreau, qui élève ses deux filles en tenant un café. Son séjour en Mayenne se prolonge au moins jusqu’en 1907, car en mai il épouse Marie Valentine Gendrix à Saint-Pierre-la-Cour.

Il effectue entre le 14 et le 27 octobre 1910 une période d’instruction dans la 4ème section des Chemins de fer de Campagne. En 1913, il est inscrit sur la liste électorale de Saint-Etienne-du-Rouvray (76). La même année a lieu la naissance de sa fille Rolande à Evreux (27), la famille réside au 51 rue Saint-Thomas. Généreux est mobilisé entre le 2 août 1914 et le 23 octobre 1919. Pendant le conflit, sa deuxième fille nait à Evreux, elle se prénomme Juliette. Généreux se présente sur la liste SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) de l’Eure pour les élections à la chambre des députés de 1919, sa candidature n’est pas retenue. Le recensement de 1921 nous apprend que la famille réside toujours à la même adresse à Evreux.

Encore une fois c’est son inscription sur les listes électorales qui permet de retrouver Généreux en 1924, il s’est installé à Courbevoie au 61, rue des minimes. C’est dans cette ville que ses deux filles se marient en 1933 et en 1936. En janvier de cette même année Généreux, commis principal, reçoit la médaille d’honneur des chemins de Fer pour ses 30 années de service. Généreux décède le 8 mars 1959 à Courbevoie, sa femme l’a précédé, elle est décédée aux Mureaux (78) en 1946 à l’âge de 57 ans.

Voilà en quelques clics, le résumé de la vie de Généreux Noël.

SITOGRAPHIEconsultation du 15/12/2019
http://www.lamayenne.fr État civil, recensements de population.
http://www.archives.eure.fr État civil, recensements de population.
http://www.archivesdepartementales76.net État civil, Matricules Militaires.
http://www.archives.hauts-de-seine.fr État civil.
http://www.archives.paris.fr Listes électorales.
http://www.geneanet.orgListes électorales département Seine-Maritime.
http://www.wikipedia.org Administration des Chemins de fer de l’Etat
http://www.cparama.comcartes postales de gare
http://www.insee.frStatistiques des prénoms en France depuis 1900
http://www.gallica.bnf.frJournal officiel de la République Française
http://www.maitron-en-ligne-.univ-paris1.frDictionnaire biographique mouvement ouvrier

L’enfant asexué (2)

Poursuivant mes recherches aux archives départementales du Nord, j’ai trouvé l’acte de décès en 1874 d’un fils de Victor Lécoyer et Eléonore Dromeray nommé Appolinaire, âgé de 36 ans (donc né vers 1838 comme Victoire Josephe, l’enfant asexué). Sur cet acte on lit qu’il est natif de la commune d’Anor où il résidait et exerçait le métier de boucher. Il était veuf de Prudence Houdelette et remarié avec Clém… Barteaux. undefined Pour savoir si Victoire Josephe était nommé Appolinaire ou si ce sont deux personnes différentes, il faut retrouver un des deux actes de mariage. Traditionnellement les futurs époux se marient dans le village de la jeune fille, espérons que l’un des 2 mariages ait été célébré à la mairie d’Anor. Je « dépouille » donc les actes de mariages d’Anor : rien. Je cherche dans les actes de décès et je retrouve celui de sa 1ère femme, décédée le 16 décembre 1871 à Anor à l’âge de 29 ans. L’acte nous apprend qu’elle est native d’Hirson dans l’Aisne, où ses parents résident encore. C’est aux archives départementales de l’Aisne que je retrouve cet acte de mariage daté du 2 février 1863 : undefinedCet acte nous apprend (lignes 5 à 9) qu’Appolinaire Lécoyer est né le 12 juin 1837 (exactement la même date que Victoire Josephe) à Anor comme il en résulte de l’acte de naissance, et à partir de la ligne 9 on peut lire : « quant au prénom et au sexe […] d’un jugement rendu le dix sept janvier dernier par le tribunal civil d’Avesnes » soit 15 jours avant le mariage. En reprenant le registre d’état civil d’Anor, la transcription de 84 lignes du jugement apparait le 27 janvier 1863, en voici deux extraits : undefined Sur ce premier extrait, on peut lire ligne 15 « Que par suite d’oubli, le sexe et la présence du prénom de l’exposant n’ont pas été indiqué » et aux lignes 20 à 22 que  » ce dernier acte soit complété, en ce sens que l’enfant qui y est désigné est de sexe masculin et porte le prénom d’Appolinaire » undefined Le deuxième extrait nous informe à partir de la ligne 48 : « que mention des dites rectifications soit faite en marge de l’acte de naissance du douze juin mil huit cent trente sept », ainsi tous les extraits d’acte de naissance d’Appolinaire Lécoyer seront délivrés avec cette mention sous peine de dommages et intérêts. Ceci n’a visiblement pas été fait sur le registre numérisé par les archives départementales du Nord. Appolinaire Lécoyer aura attendu l’âge de 27 ans et 7 mois pour avoir officiellement un prénom et un sexe!

L’enfant asexué (1)

Victor Lécoyer, mon quinquisaïeul a épousé Eléonore Dromeray en 1836. Installés dans le village d’Anor (59) depuis plusieurs générations, je recherche donc les actes de leurs descendants en « dépouillant » les tables décennales des naissances, mariages et décès. Je retrouve les actes concernant deux filles : Mathilde (1840-1899) et Sydonie (1845-1903) et l’acte de naissance d’un autre enfant du 12 juillet 1837 nommé Victoire Josephe. Un enfant dont le sexe n’a pas été mentionné sur l’acte de naissance :

Le répertoire à la fin du registre de l’état civil mentionne que Victoire Josephe est la fille de Nicolas et Éléonore :

Victoire Josephe est l’aîné(e) de la fratrie, cet enfant porte le même double prénom que sa grand-mère mais c’est aussi celui de son grand-oncle! Entre 1833 et 1842, il y a eu 755 naissances à Anor, 32 garçons prénommés Victor, 30 filles prénommées Victoire et 1 seul garçon porte le prénom de Victoire en 2ème position. Impossible d’affirmer que Victoire est un prénom uniquement féminin.

A suivre…