Qui étaient ces soldats morts pour la Patrie?

Le monument aux morts de la guerre de 1870-1871 est situé dans le cimetière d’Anor. Inauguré le 14 juillet 1894, il rend hommage aux 21 jeunes gens du village, morts pour la patrie pendant le conflit.

ALVEDIN Edmond
ARRANDA Joseph
BRUN Hector
CAMPIN Jean-Baptiste
COLOMBET César Joseph
DANIS César
DAMPERONT Aimé Augustin
DARGENT Gustave
BOUDART Ernest Camille
Marcel LENOIR
Adrien DAUBERCIES
André LABALOUE

ALVEDIN Edmond Emile :
Né en 1845, fils d’Émile et de Hyacinthe Wilbert. Il est fileur de laine. En 1866, il vit rue de lahaut à Wignehies avec sa compagne Marie Joséphine Irma Georges ouvrière en filature et leur fille Irma. Il décède le 27 novembre1870 à Cachy dans la Somme suite au combat de Villiers-Bretonneux (bataille de la Somme, Armée du Nord). Sa compagne s’installe à Anor, où vit la famille Aldevin, avec sa fillette de quatre ans.


« Pièce d’artillerie lourde française durant le siège de Parie 1870-1871 » 1872, Etienne-Prosper Berne-Bellecourt. Musée de l’Armée Hôtel National.

DAMPERON Aimé Augustin :
Né à au village d’Anor le 18 février 1850, il est le fils de Théophile et Catherine Damerose. Son père décède lorsqu’il a dix ans et sa mère se remarie avec Jean-Louis Philibert huit ans plus tard. Alors qu’il n’a pas vingt ans, Aimé s’engage volontairement pour deux ans. Il est supposé tué lors du siège de Paris, sa mère étant encore sans nouvelles de lui en mars 1876. Cette dernière décède en 1890.



DAUBERCIES Joseph
FRICOT César
GUERET Eugène
GOULART Camille
LAMART Louis
LAMART Victor
MEUNIER Jules Joseph
MEUNIER Melchior
DAUBERCIES Clovis Zéphirin

MEUNIER Melchior, Désiré
Né à Anor, rue d’Hirson, le 7 novembre 1847, il est le fils de Joseph dit tonton (°1818 Mondreduis – +1906 Avesnes) et de Victoire Berteaux. Il a à peine quinze ans, lorsque sa mère décède.
Melchior est un jeune homme châtain aux yeux bleus et mesure un mètre soixante-sept centimètres. Au moment du recrutement militaire en 1867, il est déclaré absent car il purge une peine de prison pour « fraude en matière de douane ». Il incorpore l’Armée du Nord et disparaît lors de la bataille de Saint-Quentin le 19 janvier 1871. Son père lui survit jusqu’en 1906.

Aquarelle d’André Marcy : Infanterie 1870

DAUBERCIES Clovis Zéphirin
Né à Anor, rue d’Urvin, le 4 novembre 1847, fils d’evangéliste et Henriette Folet. Il exerce le métier de scieur de long. Il part pour le 71e Régiment d’Infanterie le 20 octobre 1868, il décède aux îles d’Hyères dans le Var en 1871.


En 1921, un hommage est rendu à ces 21 soldats, suivi de l’inauguration du monument aux morts de la première Guerre Mondiale où sont inscrits les noms de 135 soldat et 9 civils. La cérémonie est décrite dans le Journal de Fourmies du 14 août 1921.

Archives départementales du Nord :
Tables décennales Anor : 1863-1872 3E TD 012/08 ; 1792-1873 – 1 Mi 188 R 000
Tables décennales Wignehies : 1813-1886 1 Mi 244 R 000
État civil d’Anor : NMD [1831-1854] -5 Mi 011 R 004 ; NMD [1855-1869] -5 Mi 011 R 005 ; MD [1870-1875] -5 Mi 011 R 005 ; MD [1876-1888] -1 Mi EC 012 R 002 ;
État civil de Wignehies : NMD [1861-1870] -5 Mi 011 R 031
Tables des états signalétiques et des services militaires : Avesnes 1865 1R 01750 ; Avesnes 1866 1R 1866 (absence) ; Avesnes 1867 1R 01757 ; Avesnes 1868 1R 01772 ; Avesnes 1869 1R 01787 ; Avesnes 1867 1R 1870 (absence) ; Avesnes 1871 1R 01815
Registres des matricules militaires Avesnes : 1867 volume 3 1R 1756 ; 1867 volume 1 1R 1764 ; 1870 volume 2 1R 1802

Sitographie :
http://guerre-1870-1871.geneafrancobelge.eu/
https://www.memorialgenweb.org/
https://armeehistoire.fr/
https://gallica.bnf.fr/




%d blogueurs aiment cette page :