L’estaminet Basquin-Delmaire

Maire Delmaire, née en 1853 à Busigny, épouse Amédé-Camille Basquin le 13 mars 1881 à Anor dans le Nord. Issus de familles nombreuses, les Delmaire comme les Basquin sont tisseurs de père en fils, Marie a élevé ses frères et sœurs après le décès de leur mère. Le couple s’installe dans le quartier Saint- Gorgon où naît leur fils unique Camille en 1884.
Quelques années plus tard la famille s’installe rue du Marais dans le village d’Anor. C’est une maison à étage avec un jardinet donnant sur l’Anorelle. Le couple ouvre un estaminet au rez-de chaussée. Un estaminet est un débit de boisson dans le Nord de la France, on y sert essentiellement de la bière ou des boissons apéritives comme celle de la marque Dubonnet, on peut y vendre du tabac et organiser des jeux traditionnels.

Extrait du cadastre napoléonien 1883 d’Anor -AD 59-P31/648

Marie Delmaire sert les clients pendant que son époux continue à travailler aux tissages Dolez. L’estaminet est situé en face de la filature Boulet, à coté d’une brasserie, en débauchant les ouvriers s’y arrêtent pour se distraire après une journée de travail interminable dans le bruit et la chaleur. C’est un endroit où ils peuvent discuter de leurs conditions de travail, s’informer en lisant le journal, jouer aux cartes et c’est aussi le lieu où se réunissent les associations pour y tenir leurs assemblées. Les femmes fréquentent peu les estaminets mais elles savent dans lequel trouver leur mari.
Le 11 juillet 1897, le Journal de Fourmies publie le programme de la fête nationale à Anor, parmi les diverses animations, le jeu de petite boule chez Basquin pour le 1er prix (un jambon), le règlement du jeu est affiché car les règles diffèrent d’un village à l’autre, mais le principe est le même : il s’agit de lancer des boules de bois le plus près possible d’une cible. D’autres articles de ce même journal nous apprennent que le couple Delmaire-Basquin participe aux différentes fêtes du village d’Anor comme les ducasses du mois de juin ou les bals.

Les boulistes d’Anor devant l’estaminet avant 1914-En haut à gauche dans l’ouverture de la porte, on distingue une publicité Dubonnet, célèbre boisson apéritive

Camille a obtenu son certificat d’étude et après son apprentissage de ferblantier il part faire son service militaire à Paris. Ses parents prennent en pension un ouvrier qui occupe une chambre de la maison de la rue du Marais. Lorsque la Grande Guerre éclate Camille, marié et père de trois enfants, est mobilisé. Ses parents continue à tenir l’estaminet pendant l’occupation et à aider leur belle-fille dans l’éducation de leurs petits-enfants.
Après la guerre, le couple se retire dans leur maison de St Gorgon, leur fils Camille a été tué au combat. L’estaminet de la rue du Marais redevient une simple habitation.

#challengeuprog2022 Janvier : « un commerce »

%d blogueurs aiment cette page :